Le Scarabée
Masquer la pub

Deux millénaires pour une intégration réussie

par ARNO*
mise en ligne : 3 mars 1997
 

Le modèle d’intégration réussie pour le Président Chirac, c’est la communauté juive. Espérons que les migrants récents n’auront pas à passer par les mêmes monstruosités que celles qu’ont enduré les juifs de France...

Chirac commémorait hier les 190 ans du Grand Sanhédrin (les débuts de l’intégration de la communauté juive dans la société française). L’occasion pour lui de tenir un discours de notable de province aux relents douteux : « Je ne suis pas raciste, hein, la preuve j’ai des amis juifs ; j’ai rien contre les immigrés, mais trop c’est trop ! »

Donc, si j’ai bien compris, notre Président souhaite prendre la communauté juive comme modèle d’intégration. Décidement le Chirac n’est pas à une connerie près !

  1. Il serait enfin temps de ne plus considérer les juifs de France comme des immigrés, puisqu’ils sont Français depuis des siècles (c’est même la base du Grand Sanhédrin de 1807).

  2. Sachant que la diaspora date du premier siècle de notre ère, voici donc le calendrier prévu pour l’intégration des nouveaux migrants (Afrique du Nord et Afrique noire) : arrivée en France au cours du XXe siècle ; entre 2700 et 3400, les africains subiront discriminations et pogroms ; en 3700, la France leur reconnaîtra la nationalité française ; en 3800, une affaire retentissante montrera la forte propension anti-africaine de la société (« j’accuse ! ») ; en 3840, les africains seront déchus de la nationalité française et déportés en masse ; enfin, à la veille du quatrième millénaire, un Président français citera les africains comme modèle d’intégration ! Alors, mon chichi, c’est ça ta vision de l’intégration réussie ? Deux millénaires de persécutions pour accéder à la citoyenneté française et être pourtant considéré comme un Français à part ? T’as raison, les lois Debré sont sur la bonne voie...

Ensuite notre bon Président a dénoncé l’amalgame des contestataires qui ont rappelé la similitude des lois Debré avec les lois de Vichy. Pour son édification personnelle, apprenons-lui que ceux qui ont défilé en arborant une étoile jaune étaient, justement, juifs... pas des petits agitateurs récupérant des symboles malsains, mais bien des représentants de cette communauté attachée à la mémoire, vigilante face aux dérives fascisantes. Ressortir ce symbole douloureux n’est pas de leur part une récupération, mais un geste admirable car il leur est, plus qu’à quiconque, pénible (certains pleuraient d’en arriver là).

Et pour finir, Chirac a repris à son compte le mensonge gouvernemental de ces dernières semaines : lutter contre l’immigration clandestine pour favoriser l’intégration des migrants légaux. Mensonge éhonté !

  1. Mensonge car les lois Pasqua et Debré ne s’attaquent pas aux clandestins : elles transforment les légaux en illégaux (l’affaire de Saint-Bernard l’a rappelé). Ces lois livrent à l’arbitraire de l’administration les immigrés réguliers... à tel point que même des Français ont désormais du mal à renouveler leurs papiers ; tiens, un exemple de circonstance, demandez à un fils de juif pied-noir (rapatrié français d’Algérie) de vous raconter la dernière fois qu’il a tenté de renouveler sa carte d’identité, à coup sûr l’aventure fut épique.

  2. Mensonge que de prétendre favoriser l’intégration quand les arrêtés ministériels se succèdent pour marginaliser les étrangers réguliers (l’Education nationale « épurée » de ses maîtres auxiliaires étrangers, les hôpitaux publics de leurs médecins étrangers...). La machine à exclure les légaux tourne à plein, on cherche où est la volonté d’intégration !

  3. Mensonge encore que de nier l’appel à la délation. Si l’article premier de la loi Debré a été amendé, un arrêté existe toujours qui oblige les fonctionnaires à dénoncer tout sans-papiers. Toute régularisation devient de facto impossible, puisque tout contact avec un fonctionnaire (en vue d’engager le processus d’obtention de papiers) entraîne une dénonciation obligatoire. La délation, en France, est déjà institutionnelle.

Alors si, effectivement, la communauté juive est admirablement intégrée, cela s’est fait au cours d’une histoire dramatique. Si le Président dénonce « l’angélisme, la naïveté et l’ignorance [des contestataires] qui, comme les bonnes intentions, pavent l’enfer de la xénophobie », on ne peut qu’espérer que l’immigration d’aujourd’hui ne devront pas suivre le même chemin que celui des juifs de France.

Pour finir, merci Chirac de rappeler que « le racisme sous toutes ses formes [te] trouvera toujours en travers de sa route » ; en d’autres temps, tu t’es montré particulièrement gêné par « le bruit et l’odeur » des africains. Si donc tu souhaites faire de ton corps un rempart contre le Front National, achète des boules Kiès et du déodorant, parce que là, c’est du bruit qui pue.

Lire aussi :